Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 09:34

Puisque je me rend compte que ce blog est toujours lu, il me semble utile de venir faire un bilan. Certains se demandent sûrement comment ça se passe dix ans après ? Combien d'années a duré l'allaitement et l'accompagnement au sommeil.

Tout d'abord, ce choix marginal est globalement hyper positif. Le seul problème est de se lancer dans l'inconnu, avec tous les récalcitrants autour de soi. Du coup, la seule raison de se lancer dans cette aventure est d'en être profondément convaincu soi-même au point de ne pas pouvoir faire autrement....

J'ai appris énormément, sur moi, sur les autres. Et sur comment aboutir un projet. Mes enfants vont plutôt très bien. Nous avons traversé deux années très difficiles (divorce et horreurs qui vont avec la haine)

Leur scolarité est exemplaire : je signe de bons résultats et des comportements bienveillants et agréables, ils sont félicités pour ce qu'ils apportent à la classe. Leur sociabilité est recherchée. Ils sont partis en classe verte en CP et CE1 et j'ai été inquiète de leur capacité à se séparer de moi, ce n'était jamais arrivé avant et encore plus pour dormir : les maitresses m'ont dit que ça c'était très bien passé, ils faisaient parti de ceux qui n'ont pas eu de soucis.

Il y a quand même une grande sensibilité chez eux qui demande de l'attention de ma part, mais tant mieux finalement. Et quelques peurs...mais en regardant autour de moi, c'est assez banal. J'ai des enfants presque parfaits, et je vais pas râler parce qu'ils ne sont pas absolument conformes à des standards qui n'existent peut être même pas ailleurs que dans nos fantasmes! Et même je les trouve plus que parfaits car leurs bons côtés m'émerveillent, et jamais je n’aurai pu imaginer avoir des enfants aussi chouettes.

Est ce que le divorce est une conséquence de mes choix marginaux ? Non, absolument pas, le problème venant de tout autre chose. Je pense qu'au contraire, cela a limité grandement les impacts de cette crise majeure sur notre santé mentale (et physique) à tous.

Actuellement, je leur demande de s'investir dans les corvées de la maison et je pense qu'il va falloir des mois pour y arriver. On y arrivera et dans la bonne humeur. Après les montagnes franchies pour élever mes enfants selon mes valeurs de respect très élevées, je crois qu'on devrais être capables de ça aussi. On n'a pas toute la société à dos cette fois.

J'espère pouvoir encourager les personnes qui hésiteraient dans cette voie : je témoigne que respecter le rythme de ses enfants, les materner comme des bébés aussi longtemps qu'ils le réclament en fait des enfants solides et pas cramponnés à leurs parents. Au contraire. Ils sont déjà plus aptes à l'autonomie que bon nombre d'adultes. Ils anticipent et prennent soin de leur sécurité, ils savent avoir des amis. Et en plus ils remplissent leur charges d'écolier.

A dans dix ans pour le prochain bilan.

Partager cet article
Repost0

commentaires